Alban Mauzac, l'éco aventurier au secours du sanctuaire Pelagos Zulupack

Alban Mauzac, l'éco aventurier au secours du sanctuaire Pelagos

Matthieu : Bonjour membres de la Tribu, nous faisons aujourd’hui l’interview d’Alban Mauzac, un aventurier passionné d’outdoor qui prépare un périple en kayak sur plusieurs semaines avec pour but de sensibiliser et protéger la nature qui nous entoure. On en discute ensemble juste en dessous !

Salut Alban, est ce que tu vas bien ?

Alban : Ça va bien je te remercie !

Matthieu : Est-ce que tu peux te présenter ? Quel est ton parcours ?

Alban : Je m’appelle Alban Mauzac et je suis un éco aventurier passionné vie en pleine nature. 

Tout a commencé quand j’étais assez jeune ; j’étais toujours dans la nature. A l’âge de mes 13 ans, j’ai eu la chance de réaliser un stage de survie et c’est là où ça a accroché. J’ai adoré suivre Bear Grills (Man VS Wild), Mike Horn et tous ces aventuriers incroyables… A partir de là, j’ai suivi des formations dans ce même domaine et notamment avec Kim Pasche, François Couplan et le CEETS (Centre d’Etudes et d’Enseignements des Techniques de Survie). Au fur et à mesure de mes expériences, j’ai eu de plus en plus envie de m’engager dans ce milieu, et je pense avoir personnellement développé un certain amour du terrain ! Après ça, je me suis pas mal intéressé à la nutrition et surtout au jeun, d’où mes expériences du GR20 et du GR TMB en jeunant.

Matthieu : On a vu que tu avais un sacré background d’aventurier/ explorateur (on vous met les détails ci-dessous pour vous les lecteurs). Par où as-tu commencé ce chemin ?

albanmauzac1 albancascade

 Alban : J’ai fait un service civique dans la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) où j’ai rencontré une personne qui m’avait proposé de partir au Népal pour découvrir l’ornithologie (l’étude des oiseaux). Ça a été un bouleversement pour moi. J’ai voulu continuer de voyager autour du monde et de vivre de mes aventures.

Le « CV » d’Alban

GR20 en 5 jours en jeunant
GR20 en 11 jours en autonomie
GR TMB en 4 jours en jeunant
Trek de l'Annapurna Sanctuary au Népal
Passionné de sport outdoor : Kayak, trail, trekking, escalade, VTT
Ceinture noir 2ème dan de karaté
Ceinture marron de kobudo
Ceinture marron de judo
Instructeur de marche nordique
Formé aux techniques de surviepar le CEETS, Kim Pasche et François Couplan
Formé aux premiers secours
Nombreux séjours en pleine nature en autonomie

Matthieu : Pour toi, qu’est-ce qu’un éco aventurier ? Quelles sont ses valeurs et qu’est qui le définit ?

Alban : Chaque éco aventurier a sa propre définition de son éco aventure. Pour moi, l’éco aventure permet de sensibiliser et de regrouper un maximum de monde sur des sujets environnementaux. On va trouver un projet pour apporter quelque chose de concret au grand public et à l’environnement. Ce qui me plait par exemple, c’est de sensibiliser sur les problèmes environnementaux par le biais du sport, organiser quelque chose d’un peu plus collectif pour un futur un peu plus différent !

Matthieu : Passons maintenant à ton projet qui consiste en la sensibilisation environnementale du sanctuaire Pelagos. Quel est ce sanctuaire ? Est-ce que tu peux nous en dire un peu plus ?

Alban : Oui, le sanctuaire Pelagos est un espace maritime qui fait plus de 87 500 km² entre la France, l’Italie et Monaco. Un accord a été conclu entre ces trois pays pour la protection du capital biologique de cette zone (mammifères marins et les nombreuses espèces de cétacés). 

cartepelagos

L’aventure que je prépare vise à réaliser plus de 450 milles (ce qui fait plus de 700km) en kayak dans ce sanctuaire, tout en récoltant un maximum de déchets plastiques possible à chaque étape de mon périple. Ces ramassages de déchets s’effectueront avec mon équipe et des bénévoles d’associations locales tout du long de mon trajet sur les plages où j’accosterai.

Mon départ est prévu en été 2021, aux alentours de Toulon, puis direction Monaco car cette principauté est très engagée dans la gestion du Sanctuaire Pelagos et la protection de l'environnement. Une fois là-bas, je prends un bateau afin de rejoindre la Corse pour en effectuer le tour en kayak. L'idée restant la même : ramasser le plus de déchets chaque jour.

Le temps d’expédition sera d’environ 1 mois ; tout dépendra des conditions météorologiques.

Matthieu : Super ! Et pourquoi le sanctuaire Pelagos en particulier ?

Alban : Je ne sais pas si beaucoup de personnes le savent mais la Méditerranée est l’une des mers plus polluées au monde, avec une concentration de micro-plastiques parmi les plus élevées. La cause est la production et la consommation excessive ainsi qu’une mauvaise gestion des déchets plastiques. Le sanctuaire Pelagos étant peu connu, je souhaiterais faire découvrir et comprendre son utilité et les enjeux de sa protection au grand public.

Matthieu : Et tu penses récolter à peu près combien de déchets ?

Alban : L’idée c’est d’en ramasser le plus possible à chaque étape avec des volontaires et clubs sportifs et de la manière que l’on veut : soit en palmes/masques/tubas, soit en kayak ou en paddle, soit directement sur la plage. J’aurais aussi une bouée à laquelle je pourrais attacher quelques déchets trouvés en mer mais ça reste compliqué de tout rapporter sur la plage par la seule force de mes bras sur mon kayak… La quantité dépend énormément des types de déchets que tu peux récupérer ainsi que des conditions météo. Il suffit qu’il y ait une tempête pour que tout soit ramené sur la plage et là c’est le jackpot car on va pouvoir bien nettoyer. Mais cela peut aussi être l’inverse avec des déchets qui partent au large et là ça devient plus problématique. En quantité, je pense qu’on pourra compter les déchets ramassés en tonnes. Il y a peu, on a pu faire un ramassage où on a trouvé un obus de la seconde guerre mondiale et un moteur donc ça peut vite monter.

Matthieu : Et comment est-ce que vous allez traiter ces déchets ?

Alban : Après avoir tout ramassé, on fera un tri bien précis. Je me suis associé avec des organisations (associations et entreprises) qui sont spécialisés dans le recyclage de matériaux bien précis. Par exemple, les mégots que nous ramasseront seront envoyés à Recyclop (association locale). D’autres déchets seront envoyés à la société Sauvage (à Marseille), etc.

Matthieu : Est-ce que tu as déjà pu tester le terrain avec ton kayak ?

Alban : Oui, et donc petite anecdote : pour voir si le projet était faisable, j’ai fait une petite sortie en mer en ayant checké rapidement la météo. Je devais faire le tour d’une presqu’île tout en restant proche de la côte, une distance de 7km environ. En dépassant la pointe, un vent énorme m’a déporté bien au large des côtes. Je me suis mis à ramer contre le vent pour revenir mais impossible d’avancer. A un moment, la houle était trop forte et mon kayak s’est renversé et là j’ai un peu commencé à flipper… Malgré ça, je suis remonté sur mon kayak, j’ai réussi à garder mon sang froid, et décidé de m’adapter à cette situation dans laquelle je ne pouvais lutter. J’ai tout de même fini à 20 km plus loin de ma destination prévue… Une bonne leçon d’apprentissage pour ce qui m’attend !

kayak mer zulupack kayak pelagos zulupack zulupack alban mauzac

Matthieu : On est contents de pouvoir t’encourager dans cet honorable projet et on espère que tu auras un fort impact de sensibilisation sur les populations et sur le sanctuaire !

Puis-je te poser deux dernières questions ?

La première : Quelle a été ton expédition préférée jusqu’à aujourd’hui et pourquoi ? Et la plus difficile ?

Alban : Mon expédition préférée, même si elle n’est pas encore faite mais ce sera celle des Pelagos. Ça me passionne énormément, je passe beaucoup de temps et d’énergie dessus. Ça va vraiment être super.

Le plus dur : ça a été au Népal, je me suis déboité et remboité la Fibula (Péroné, un os) de la jambe droite alors que j’étais à 4000m d’altitude et je devais rentrer à un village situé à 1500m… 3 jours de descente. Ça a été le plus difficile surtout à cause de la douleur…

Matthieu : en effet, expérience inoubliable peut-on dire (ironie) ? Est-ce que tu aurais des conseils à donner à ceux qui souhaitent se lancer dans la vie en pleine nature et l’exploration ?

Alban : Le plus important, c’est de se former de manière théorique et pratique. Ne pas y aller à l’improviste. On peut vite se faire surprendre par les éléments. Aussi et surtout : avoir du bon matos ; ça m’a sauvé plus d’une fois.

Niveau matos, je recommande :

- Un bon sac à dos de qualité, pour ma part j’utilise le Zulupack Addict 43, vraiment top,

- Une bonne paire de chaussures,

-  Un outil coupant, (un couteau en général),

- Une trousse de secours,

- Des vêtements adaptés.

- Puis le reste dépend de l’endroit où tu t’aventures

Pour la partie théorie, je recommanderais toute la gamme de bouquins qu’a écrit David Manise sur la survie. Aussi, un livre sur les plantes comestibles de François Couplan : Guide des Plantes Sauvages Comestibles. Mais faire attention quant aux applications de ce qui est expliqué, de bien étudier les plantes avant de les manger, pour ne pas les confondre avec des plantes non comestibles !

Matthieu : Super Alban ! Merci pour tes conseils ! Je pense que nous avons fait à peu près le tour. Voudrais-tu rajouter quelques choses ?

Alban : J’aimerais vraiment remercier mes partenaires en commençant par Plasmor, entreprise familiale bretonne qui fabrique des embarcations (kayaks, skelligs, yoles et swimboards). Ils me suivent et me soutiennent à fond depuis le début du projet. Je navigue avec un de leur kayaks et il est vraiment exceptionnel, je le recommande vraiment.

Je tiens également à remercier Avanona, fabricant de couteaux français ! Son équipe est top, et leur matos est aussi super et d’excellente qualité.

Merci à la CIETM et les Chercheurs en Herbe qui m’aident à organiser tous les ramassages de déchets, les tris ainsi que leur analyse.

Et enfin, merci à l’équipe Zulupack qui me soutient également dans mon aventure et qui m’équipe avec de supers sacs (clin d’œil) que j’utilise tous les jours ! 

Matthieu : Merci à toi, Alban, d’organiser un super projet comme celui-ci ! Chers lecteurs, si vous souhaitez soutenir Alban dans son projet, vous pourrez bientôt participer à sa cagnotte en ligne de crowdfunding, en voici le lien : --> soon available

N’hésitez pas à le suivre sur les réseaux sociaux, à partager son projet et à le soutenir !

Facebook : https://www.facebook.com/ExpeditionPelagos

Instagram : https://www.instagram.com/albanmauzac_explorer/?hl=fr           

On te remercie pour ton temps, Alban, et vous aussi, chers membres de la Tribu, on vous souhaite une excellente journée et on espère que vous profitez bien de l’Outdoor ! A bientôt !

 

Partager l'article

Dernières publications

Lire
Alban Mauzac, l'éco aventurier au secours du sanctuaire Pelagos

Alban Mauzac, l'éco aventurier au secours du sanctuaire Pelagos

29/09/2020

Matthieu  : Bonjour membres de la Tribu, nous faisons aujourd’hui l’interview d’Alban Mauzac, un aventurier passionné d’outdoor qui prépare un...
Lire
Le Tracking: art et science ancienne par Kyt Lyn

Le Tracking: art et science ancienne par Kyt Lyn

10/06/2020

Bonjour à tous, camarades et membres de la tribu des Zulupack ! Merci d'être ici et de venir nous lire ! On vous présente une petite interview...
Lire
INGRID ULRICH, JOURNÉE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE CANCER

INGRID ULRICH, JOURNÉE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE CANCER

11/02/2020

Ce mardi 4 février : Journée mondiale de lutte contre le cancer  Le CANCER constitue aujourd’hui la première cause de mortalité dans le...